Changements à prévoir pour le blog

22 décembre 2006 - 19:50 | Dans Divers | 1 commentaire

Bon, cela a l’air évident… ce blog est plutôt mal en point car les mises à jour sont trop rares.
Les raisons sont diverses et classiques pour la plupart:

  • manque de temps
  • trop grande variété des sujets abordés
  • j’apprends trop de choses pour pouvoir tout rapporter ici
  • j’ai envie que ce blog reste un plaisir et non une contrainte

Je vais donc modifier le thème du blog pour le recentrer sur la création de jeux vidéo indépendants et/ou amateurs, cela risque de moins intéresser la plupart des visiteurs actuels, mais tant pis…

Voici ce que je prévois:

  • je ne ferais plus de news concernant des startups sur internet (hors jeux vidéo), il y a trois tonnes d’autres blogs sur ce sujet
  • je limiterais les sujets intéressants mais éloignés du jeu vidéo à quelques posts récapitulatifs (sur la gestion de l’argent, la bourse, l’immobilier, etc…)
  • pour les sujets plus proches (marketing, communication), je les aborderais du point de vue du créateur de jeux vidéo

J’espère donc relancer ce blog courant Janvier.

Alors, vous voulez devenir un développeur de jeux indépendants ?

24 novembre 2006 - 20:31 | Dans Création de jeux vidéo | Pas de commentaires

Plusieurs développeurs de jeux vidéo indépendants se sont associés pour donner chacun leur vision de ce « métier ». Vous avez donc plusieurs témoignages qui donnent différents avis entre ceux qui expliquent où ils en sont, ceux qui réussissent, ceux qui galèrent énormément et celui qui raconte n’importe quoi pour faire son intéressant :)
Voici les articles (tous en anglais):

Google Story (Livre)

21 novembre 2006 - 00:38 | Dans Livres et magazines | Pas de commentaires

Google Story, c’est un livre relatant l’investigation réalisée par deux journalistes du Washington Post sur les coulisses de Google, de ses débuts dans une salle d’informatique de l’université de Stanford jusqu’à la multinationale d’aujourd’hui.
Le livre aborde aussi bien les origines des fondateurs, les débuts difficiles (ils souhaitaient se faire racheter pour un million de dollars mais personne ne voulait d’eux), les excentricités diverses (le nombre d’actions mis en vente lors de l’introduction en bourse représentait les décimales de PI, la difficulté pour choisir un PDG car ils n’étaient jamais d’accords, les relations avec les investisseurs…) ainsi que la culture d’entreprise unique de Google (un cuisinier ayant eu des stocks options, de la nourriture gratuite à toute heure, des gadgets partout, des projets réalisés sans but financier…)

L’intérêt que j’avais pour ce livre, c’était surtout de voir leurs débuts, pour voir comment ils ont pu bâtir Google en partant de rien.
La seconde partie du livre est moins intéressante (c’est l’histoire moderne de Google) et n’apportera pas grand chose pour quelqu’un qui suit l’actualité informatique (Création de Gmail un 1er avril, la bibliothèque numérique, adsense, etc…)

Le livre n’est donc pas indispensable, mais si vous souhaitez en savoir un peu plus ou que vous avez besoin de motivation et d’inspiration pour conquérir le monde, cela pourrait vous servir :)

Sommaire:
1. Une saine désinvolture vis-à-vis de l’impossible
2. Quand Larry rencontre Sergey
3. Apprendre à compter
4. La sauce secrète
5. Diviser pour mieux régner
6. Burning man
7. Le show de Danny Sullivan
8. Un petit filet d’eau
9. Embaucher un pilote
10. You’ve got Google
12. Et le cinquième jour…
13. Google au niveau planètaire
14. Poissons d’avril
15. Porn Cookie Guy
16. Introduction en bourse
17. Les Play Boys
18. Chez Charlie
19. La conquête de l’espace
20. Duel Juridique
21. Une bibliothèque virtuelle
22. Les clics prennent une claque
23. A l’attaque de Microsoft
24. Pompe à Dollars
25. Le syndrome Chinois
26. « Googlez » vos gènes

A voir également, un podcast sur la visite des locaux de Google France chez Loïc Le Meur.

Récit du développement d’un jeu vidéo indépendant en France

16 novembre 2006 - 21:19 | Dans Business & startups, Création de jeux vidéo, Projets et gestion d'équipe | 2 commentaires

Vous trouverez ici le récit du développement du jeu « Le monde des Ronrons », un jeu indépendant réalisé avec un petit budget par une équipe française. Le chef de projet revient sur la préparation, les méthodes de travail, l’aspect business, les tests, etc…

Toute personne impliquée dans le développement de jeux vidéo amateurs ou indépendants devrait être intéressée.
Bien entendu, le jeu étant destiné aux jeunes enfants et le mode de distribution choisi étant la boîte classique, certaines parties de l’article peuvent ne pas s’appliquer à d’autres jeux, mais cela permet de voir les difficultés rencontrées.

A voir également, un article sur geekzone sur une équipe de 3 personnes qui développent un jeu sur Nintendo DS.

Nouveaux liens

24 août 2006 - 16:53 | Dans Business & startups, Divers | 2 commentaires

Ajouts de trois liens pour l’entrepreunariat:

Envie d’entreprendre (français)
>> Blog écrit par plusieurs entrepreuneurs qui partagent leurs expériences (très intéressant)

Joel On Software (anglais)
>> Articles par un entrepreuneur dans le domaine du logiciel. Les archives sont une mine d’or.

On Startups (anglais)
>> Blog pour entrepreneurs dans le domaine du logiciel

et plusieurs liens concernant les startups « 2.0″ pour se tenir au courant des dernières nouveautés si vous avez des projets dans ce domaine:

Dead 2.0 (anglais)
>> Site cynique sur les sites web 2.0 (Anti-hyping Web 2.0 since 2006!)

Loic Le Meur (français/anglais)
>> Blog de Loic Le Meur, le plus connu sur l’actualité de la blogosphère et des startups 2.0

Techcrunch (français/anglais)
>> L’un des plus gros blog d’actualité sur les sociétés web 2.0

La page des liens.
Si vous avez des liens qui pourraient être intéressants pour cette liste, n’hésitez pas (surtout en français).

A bas les crédits !

22 août 2006 - 20:41 | Dans Business & startups, Organisation et gestion | 1 commentaire

On ne peut plus y échapper, les pubs pour vous inciter à prendre des crédits sont omniprésentes. C’est simple et c’est facile ! Besoin d’argent ? Pas de problème, il suffit d’appeler la madame souriante de la pub et paf !! plein de sous… bon pour rembourser on verra plus tard, l’important c’est juste d’avoir l’argent maintenant !

Qu’est-ce qu’un crédit ?
Un crédit, c’est payer plus cher quelque chose qui en vaudra moins lorsqu’il sera réellement à vous (les joies de la décote d’une voiture…), ou en caricaturant c’est « rendre les pauvres plus pauvres en leur faisant croire qu’ils sont riches ».

La seule exception notable concerne les crédits pour de l’immobilier, quand vous louez directement le bien que vous avez acheté à crédit, et que le loyer est au moins équivalent à la mensualité du crédit. C’est le locataire qui paie votre crédit et vous permet donc d’acquérir un bien sans réellement le payer (c’est ce qu’on appelle l’effet de levier).

Pourquoi est-ce une si mauvaise chose ?

  • Cela revient à payer plus cher pour la même chose (bon, c’est un peu le principe du crédit vous allez me dire…)
  • Vous devenez redevable à quelqu’un (ici la banque ou la société de crédit). Inconsciemment, cela vous procure un sentiment d’infériorité. On est toujours plus confiant lorsque l’on ne doit rien à personne, et on l’est encore plus lorsque ce sont les autres qui nous doivent quelque chose.
  • Vous avez une épée au dessus de la tête. En cas de problème pour rembourser (accident, licenciement…), cela peut être le début d’une spirale infernale. Lorsqu’il s’agit de récupérer l’argent, la société qui gère le crédit n’envoie pas la madame souriante de la pub.
  • Cela prend le problème du financement à l’envers. Logiquement, on est plutôt censé économiser avant d’acheter quelque chose, et non pas acheter quelque chose et se débrouiller pour rembourser après.
  • C’est souvent utilisé pour acheter des choses loin d’être nécessaires (certains font des crédits pour faire des voyages ou du Tuning sur leur voiture…)
  • Il est idiot de vivre au dessus de ses moyens. Si vous ne pouvez pas vous payer quelque chose: gagnez plus d’argent, faîtes sans ou débrouillez vous pour ne pas avoir à le payer (faîtes le vous prêter par un ami, achetez en un d’occasion ou arrangez vous pour survivre sans la dernière télé HD, c’est possible !)
  • C’est autant de paperasse en plus et de complications à rajouter à la gestion de votre budget
  • Apprendre à se débrouiller avec moins d’argent, c’est une façon d’en gagner et c’est la base du bootstrapping. Vaut mieux donc s’y habituer si vous souhaitez réussir vos projets.

Dans les faits, on assiste de plus en plus à des familles en situation de surendettement. Cela touche les foyers modestes, mais parfois aussi des personnes aisées (médecins). Comme quoi savoir gérer son argent n’est pas inné quelque soit la classe sociale. Aux Etats Unis, la situation est pire. L’endettement des foyers s’envole, les recours systématiques aux cartes de crédits sont entrés dans les moeurs et les placements prévus pour les retraites sont au plus bas depuis 50 ans.

La faute à qui ?
La société de consommation couplée aux joies du marketing sont principalement responsables et comme chaque dépense contribue à faire grossir le PIB, les gouvernements ne s’y opposent pas.
Interdire les crédits n’est bien entendu pas une solution, cela est parfois utile. Le problème étant que c’est souvent très mal utilisé.

Pour résumer: les crédits : »c’est mal », à ne réserver qu’à l’immobilier ou aux cas extrêmes.

Si vous voulez mettre sur pied des projets et les réussir, il faut d’abord les réussir d’un point de vue financier. Si vous n’êtes pas capable de gérer vos finances personnelles, les finances de votre projet subiront le même sort.

Création d’un jeu vidéo (partie 5): Evaluer et gérer les compétences

12 août 2006 - 18:43 | Dans Création de jeux vidéo | 2 commentaires

Une dernière chose avant de choisir votre jeu, il s’agit des compétences que vous possédez et celles qui sont nécessaires à la réalisation de votre jeu.

C’est un oubli que font régulièrement les débutants, ils se lancent dans un projet sans savoir vraiment ce que cela représente. Cela ne semble pas être un problème pour eux car ils comptent apprendre au fur et à mesure. Comme ils ont une motivation à toute épreuve (ils disent tous ça) ainsi que du temps devant eux, ils ne cherchent pas vraiment plus loin.
Bien entendu, cet oubli force généralement la plupart des projets amateurs à arrêter à cause de la motivation qui baisse, de l’ennui de travailler sur un projet dont on ne voit pas la fin, des difficultés techniques que l’on découvre au fur et à mesure, du manque d’organisation et de la somme du travail que l’on avait sous-estimée.

Il faut donc tout d’abord estimer le travail et les connaissances nécessaire pour votre projet. Pour cela il n’y a pas de secrets, soit vous le savez parce que c’est votre spécialité et que vous n’êtes pas débutant, soit il faut vous renseigner par vous même en cherchant sur Internet, dans des forums spécialisés ou en demandant à des personnes qui s’y connaissent. Les informations provenant de studios professionnels (interviews, etc..) ne seront pas d’une grande utilité car il y a de grandes différences entre la création d’un jeu par une équipe professionnelle et une équipe d’amateurs, tout comme celles venant de débutants que l’on pourrait trouver sur des forums et dont la fiabilité est discutable.

Ensuite, il faut faire votre bilan de compétences:
- que valez vous en graphisme, en 3D, en création de musique, etc… ?
- quels langages maîtrisez vous ?
- quels logiciels savez vous utiliser ?
- quels autres talents avez vous ? (scénariste, diplomate, fan de wargame, etc…)

Cela vous permet de voir si votre projet est faisable seul ou non, et ce qu’il vous manque pour pouvoir faire votre jeu.
La suite dépendra de vos objectifs et des questions auxquelles vous avez répondu dans les précédents articles de cette série. Soit vous faîtes un jeu avec vos compétences actuelles, soit vous devrez d’abord apprendre de nouvelles compétences. Si vous avez déjà une équipe, il faut faire cet exercice pour tout le monde afin de voir quelles sont les forces de votre équipe et qui doit apprendre quoi pour réussir votre projet.

Si vous décidez d’apprendre en même temps que vous faîtes votre jeu, vous apprendrez beaucoup mais la qualité de votre travail sera très inégale. Pour des graphistes, cela signifie qu’il faudra sûrement refaire vos premiers travaux car ils feront pâle figure comparés aux derniers. Pour les programmeurs, cela signifie que votre base de code sera sans doute complètement bancale et vous serez obligés de finir avec, avec tous les problèmes que cela entraîne.

Une meilleure solution est donc d’apprendre par des petits projets (prototypes ou jeux simplistes) avant d’en faire des grands. Ainsi votre projet est faisable, cohérent dans sa qualité et vous apprenez en même temps. Cela ne sera pas le jeu du siècle, mais ce n’est pas le but.

Si votre objectif est de sortir un jeu plutôt que d’apprendre, il vaut mieux coller au maximum à vos compétences actuelles pour en faire votre avantage. Si votre boulot est webmaster et que vous faîtes du PHP 8 heures par jour, vous serez forcément très bien placé pour faire un mmorpg en PHP en tant qu’expert plutôt que d’apprendre du C++ depuis le début pour faire un shoot 3D.

Pour résumer:
- laissez tomber vos idées de projets qui vous feraient avancer dans l’inconnu
- estimez les compétences nécessaires
- faîtes le bilan de vos compétences
- choisissez entre apprendre à faire un jeu et faire un jeu, si vous faîtes les deux en même temps, le résultat risque de ne pas être à la hauteur
- choisissez des projets qui sont proches de vos compétences

Anciens articles:

Création d’un jeu vidéo (partie 1): Identifier ses objectifs
Création d’un jeu vidéo (partie 2): Choisir une plate-forme pour votre jeu
Création d’un jeu vidéo (partie 3): Choisir le type de jeu
Création d’un jeu vidéo (partie 4): Evaluer les budgets argent et temps

Page suivante »

Copyright © par Conquerirlemonde.com. Tous droits réservés.