Comment désintéresser des étudiants de l’entrepreunariat !

13 décembre 2008 - 00:40 | Dans Business & startups | 5 commentaires

Bon, j’vais peut être m’attirer des problèmes avec cet article, mais tant pis…
Je vous préviens, c’est du 36 15 ma life.

Contexte
Fin novembre, j’ai participé à un « challenge » de création d’entreprise qui réunissait toutes les universités de la région Nord-Pas de Calais (nb: je suis en formation continue 2 jours par semaine, je ne suis plus un étudiant standard).

Le programme est le suivant: le matin dans l’université pour l’aspect créatif, l’après midi tout le monde est réuni au même endroit pour faire un dossier sur le sujet choisi parmi toutes les propositions du matin.
Bon, soit… allons y…

La matinée
On arrive le matin, et l’organisateur nous dévoile le fabuleux thème de cette année:
« Le thème sera donc Bienvenue chez les ch’tis ! »

Hum… comment décrire ce que l’on ressent quand on entend ça…
J’vais vous donner un exemple: dans ce monde terrible dans lequel nous vivons, avec ses catastrophes, sa pollution, son auto-destruction écologique, ses hommes politiques, son déclin économique, sa star academy et ses projets de mmo amateurs foutus d’avance, et bien on se demande pourquoi on ne se tire pas une balle tout de suite…
La réponse est simple, car on garde tous au fond de nous une petite bougie avec la flamme de l’espoir. C’est cette flamme vacillante qui nous fait dire que si toute l’humanité arrêtait de se foutre sur la gueule, devenait un peu moins conne et qu’on devenait tous des copains d’amitié, alors on pourrait enfin créer un monde parfait en vivant en harmonie tous nus dans la nature (bon après vous prenez l’utopie que vous voulez hein, j’impose rien). Par exemple l’élection d’Obama a ravivé cette flamme dans le coeur de beaucoup de monde, car « yes we can chaaange the wooorld ».

Pourquoi je raconte tout ça ? C’est parce qu’à l’énoncé du thème (plus précisément sur le « i » de « ch’tis »), c’est comme si toutes les bougies des gens dans la salle s’étaient éteintes d’un coup dans un petit nuage voluptueux… voilà, c’est fini, l’humanité est condamnée, on va tous crever… on est en train de sacrifier une génération potentielle d’entrepreneurs avec un thème qui commence à tous nous gonfler sérieusement… monde de merde…
(oui, j’aime bien dramatiser)

A ce moment, devant le non-enthousiasme général de la salle, l’animateur tente de sauver les meubles avec un « nan mais en fait, c’est parce qu’avec le film il va y avoir beaucoup plus de touristes l’année prochaine et donc le but c’est de trouver une idée de création d’entreprise qui permette d’en tirer profit ».

Mouaich, soit… ça sent à fond le Conseil Régional qui sous-traite gratos sa stratégie touristique, mais passons…

Donc le matin c’est sur la créativité (enfin on a 50 minutes en fait), c’est plutôt sympa malgré le sujet, bien que l’on ne sache pas vraiment ce que l’on doive faire vu que les consignes ne sont pas claires: on demande de la créativité, mais il faut un projet tangible pour capitaliser sur ces touristes, ouais mais c’est pas forcément le truc le plus créatif qui marchera dans ce sens là… bref, c’est confus mais tant pis…

L’après midi
L’après midi, on nous transporte en bus à Liévin, ville se distinguant par … euh… ses terrils
On arrive dans un showroom de concession automobile sans voitures mais plein de tables et d’étudiants, et on nous dispatche un peu au pif sur les différentes tables, voilà, les équipes sont faîtes avec des étudiants d’origines diverses (entrepreunariat, compta, marketing, communication, etc…)…
L’ambiance est sympa, vu que c’est juste un jeu. Certains sont là sans savoir pourquoi vu qu’on leur a rien dit avant (vdm pour eux), d’autres ont partiel le lendemain et avaient normalement leur après midi pour réviser mais on les a obligé de venir (vdm aussi).

On nous annonce alors le sujet qui a été retenu: le « ch’ti parc », un parc d’attraction ch’ti… … gros soupir….
Bon, soit… il faut faire quoi ?
Première étape: faire en 45 minutes un powerpoint de 4 slides de contenu sur le projet et sa stratégie.
Il y a alors un gros chrono qui s’affiche sur les télés avec le son des secondes piqué de 24 Heures Chrono (son qui se fait entendre tous les 15 min) pour bien mettre la pression (oui, done to death, je sais).
Alors pour info, découvrir un sujet, ce qu’on demande de nous faire, trouver un nom, faire des slides et s’organiser avec des personnes qui se sont jamais vues avant sur un projet qui n’intéresse personne, et faire tout ça en 45 minutes, vous ne pouvez grosso modo que faire un truc très merdique…

Mais ce n’était pas fini…
2e partie: 1h15, faire un plan de financement et compte prévisionnel sur 3 ans dans un fichier excel !!
Et là, ça devient du n’importe quoi… On a aucun chiffre, aucune idée ni connaissance de ce business, et on nous demande de sortir le prévisionnel en personnel ou électricité de notre chapeau magique…

Au bout de 20 minutes, je laisse tomber l’affaire, ça n’a absolument aucun intérêt. Ce challenge fait chier toute l’équipe, je vois bien qu’ils sont tous dégouttés et quand on leur demande, c’est clair: ça leur donne pas du tout envie de créer leur boîte un jour.
J’ai donc préféré passer le reste du temps à discuter avec la jolie demoiselle du groupe (bah oui, maintenant que je suis là… :) )
Le point d’orgue de ce grand n’importe quoi arrive à la moitié de cette 2e partie, où voyant tous ceux qui galéraient à faire leur fichier excel from scratch, on nous annonce qu’en fait il y a un fichier prévu sur les ordis à disposition et qui contient tous les champs à remplir… (on doit toujours inventer les chiffres, mais maintenant on sait quels chiffres on doit inventer ! super…)
Oh les boulets, ils pouvaient pas le dire au début ? Et le pire, on y trouve aussi un template pour les slides qu’il fallait rendre à la première partie… sympa d’avoir prévenu…

Voilà, et au final, tous les organisateurs sont très contents, trouvent que l’idée du ch’ti parc est très bien et pourrait être déclinée dans toute la France (ben bien sûr…) et tous les étudiants se consolent sur le buffet.

C’est quoi cette méthode à la con ?
Alors pourquoi je suis si énervé là dessus ?
Parce que ça me désole de voir autant de moyens et de bonne volonté avoir l’effet contraire de ce qui était souhaité. Clairement, ceux qui avaient un projet n’ont rien appris et se sont fait chier, et ceux qui n’en avaient pas sont clairement décidés à ne pas créer.

Voici une analogie pour mieux comprendre :
Imaginons, j’aborde une fille dans la rue juste sur le critère qu’elle n’a pas d’alliance (= étudiants). Je la fais venir directement dans un restaurant chic avec une ambiance sympa (= ambiance sympa du challenge). Mon but est de sortir avec elle (= donner envie d’entreprendre).
Mais alors qu’on est installés et qu’elle commence à se sentir à l’aise, je sors un gros réveil qui fait tic-tac sur la table en lui disant qu’elle a 10 minutes pour tomber amoureuse de moi ou sinon je m’en vais. Et là, au lieu d’essayer de l’intéresser (vous savez les trucs bateaux, t’as de beaux yeux, tu sens bon…), je sors ma feuille d’impôt et je veux voir avec elle dans quelle tranche d’imposition je serais si je me marrie avec elle et comment on gère le partage de l’usufruit de la nu-propriété sinusoïdale beta HXC 12 alinéa 24.

Voilà, après faut pas que je me plaigne d’être célib dans ce cas là.

C’est ça qu’ils ont totalement foiré, et je ne comprend pas qu’autant d’organisateurs ne s’en soient même pas rendus compte. Si on veut intéresser les gens à la création d’entreprise, il faut les motiver, les faire rêver, leur mettre des petites étoiles qui brillent dans les yeux !! et non pas leur faire subir la partie la plus chiante dès le départ sur un sujet qui ne les intéresse pas du tout ! c’est suicidaire !

Voilà, j’ai fini…
Vous pouvez reprendre vos activités qui sont (je l’espère) bien plus intéressantes.
La maison ne remboursera pas le temps que vous avez perdu à lire tout ça.

5 commentaires »

Flux RSS des commentaires de cet article.
TrackBack URI

  1. Bonjour Dam’s

    C’est vrai que moi aussi quand j’étais en France j’ai « essayé » ce genre de concours :) et que je retrouve la même histoire en moins « régionalisé » tout de même :p

    Si tu n’as pas suivi leweb08 tu pourras (surement bientôt) trouver dans les archives (http://www.ustream.tv/leweb) l’intervention de Christine Lagarde qui donne tout de même plus envie d’entreprendre.

    Sinon l’article de Presse Citron d’hier http://www.presse-citron.net/cette-machine-vaut-100000-euros-ou-plus est aussi pas mal pour donner envie à quelqu’un de se lancer.

    A bientôt

    Comment by Jeremy Salmon — 13 décembre 2008 - 10:30 - #

  2. Bonjour,
    Je n’ai pas suivi leweb de près, j’attendais de voir un compte rendu plutôt.
    Sinon c’est clair qu’il y a de bien meilleures façons de faire que ça, et l’article de Presse-Citron en fait partie.

    Autre exemple, plus pour l’aspect motivation: http://zenhabits.net/2008/08/top-5-most-inspirational-videos-on-youtube/

    Après c’est sûr que c’est dur de trouver une activité qui tienne sur une seule journée, mais bon si c’est pour avoir un résultat comme celui que j’ai eu, autant faire une conférence… Quoique si c’est pour avoir des présentations moisies, c’est pas forcément l’idéal non plus :)

    NB: ton site ne marche pas, c’est normal ?

    Comment by Dam's — 14 décembre 2008 - 20:55 - #

  3. haha, la parabole est magique, merci pour cette fin d’article de toute beaute ;)

    MMoi, un peu en dehors du web mais qui zone toujours de temps en temps…

    Comment by MMoi — 15 décembre 2008 - 12:59 - #

  4. ah ah ah ! tres bon billet !

    mais pour être plus sérieux, je pense que la solution était dans le titre : « bienvenue chez les ch’tis ».

    Comme tu le dis si bien, « dans ce monde terrible dans lequel nous vivons, avec ses catastrophes, sa pollution, son auto-destruction écologique, ses hommes politiques, son déclin économique, sa star academy et ses projets de mmo amateurs foutus d’avance, et bien on se demande pourquoi on ne se tire pas une balle tout de suite… »
    …et bien je dis non, il existe une petite région qui résiste toujours et encore à l’envahisseur ! il existe un superman des temps moderne (dany boon), bon vous me direz qu’il a un drole d’accent… mais c’est cela qui nous sauvera : la franchouillardise, la drolerie, le retour aux sources, quoi !

    Alors pourquoi ne pas décliner cette régionalité dans toutes ses coutures? les producteurs du film l’ont bien compris en mettant sur le marchés de nombreux produits dérivés tous plus inutiles les uns que les autres.
    Ainsi donc, pourquoi ne pas aller plus loin? et de faire de celui qui résiste a l’envahisseur, un envahisseur lui-même? Personnellement, j’imagine bien sur nos étals de nombreux produits régionaux estampillés « made in ch’tis », allant du « marouale » (excusez-moi pour l’orthographe, mais je ne suis pas très féru de ch’tis), à je ne sais quel légume ou plat du nord que seul les ch’tis ont le secret.

    enfin bref, comme tu l’as dis « Mouaich, soit… ça sent à fond le Conseil Régional qui sous-traite gratos sa stratégie touristique, mais passons… »
    Mais si il le fait, c’est qu’il essaye de tirer parti du formidable coup de pub qu’a apporter le film à la région… et quoi de plus rentable pour une région que les produits régionaux?

    au final, tu dis que 45 minutes, c’etait trop long, mais en y réfléchissant bien, cela aurait pu être trop court si tu avais décidé de parler de tous les produits régionaux un par un…

    Comment by sam — 2 janvier 2009 - 1:38 - #

  5. Euh je suis pas sûr, comme tu le dis, tout a été fait pour capitaliser sur le film, et à outrance… Maintenant ça fait très « beauf » et les produits dérivés exaspèrent… Donc c’est pour ça qu’en rajouter une couche est pas forcément la chose à faire. Faut pas en faire trop.

    Pour les 45 minutes, c’était trop court en fait !

    Comment by Dam's — 2 janvier 2009 - 10:11 - #

Laisser un commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Copyright © par Conquerirlemonde.com. Tous droits réservés.